pppp.png

Le quartier de la Papaille à Istres

L'avis d'un habitant de la Papaille

Anne-Marie et son époux, Pierre, ont bien voulu répondre à nos questions pour l’interview d’un habitant du quartier de La Papaille. C’est l’un des quartiers les moins peuplés d’Istres puisque composé essentiellement de champs où l’on cultive le foin de la Crau. 

Depuis combien de temps êtes-vous propriétaire ?

Nous sommes ici depuis 40 ans ! Cette maison appartenait à mes parents et est une ancienne ferme. Lorsqu'ils sont décédés, nous avons donc choisi avec mon mari de revenir vivre dans la maison de mon enfance. J’ai dû batailler parce que mon mari est plus citadin (N.D.L.R : il est Marseillais) que moi. Il faut dire que Istres, il y a 40 ans, n’avait pas grand chose à voir avec la ville que nous connaissons aujourd'hui. Il a fallu que je le persuade que non nous n’allions pas nous « enterrer à Istres » parce que pour lui Istres, c'était les champs de foin… mais bon à la fin, ce que femme veut, Dieu le veut (rire). 

Tout le monde est heureux je suppose alors de vivre dans cette maison familiale ?

Très (malgré les dénégations de son mari). Je sais qu’il ment (rire). Moi je sais que je ne voulais vivre que dans ce lieu. Même quand j’ai goûté à l’indépendance pendant mes études à Paris, la seule chose que j’attendais, c’était retourner dans ma Provence et quitter mon petit studio de 20 m2 et le ciel gris..

Pierre : moi c’est le contraire (rire). À vingt ans, je ne serai venu pour rien au monde. Par contre, je reconnais qu’à nos âges, c’est vrai que c’est agréable de vivre au milieu des champs. On a l’impression de vivre en dehors des vicissitudes de notre temps. Je vous garantie que le premier confinement ne nous a pas plus affecté que ça (rire). Je suis content d’avoir vécu le confinement ici et non pas à Marseille. En plus, comme Istres s’est agrandie, on a pour l’instant le beurre et l’argent du beurre : on vit à la campagne avec toutes les commodités d’une « grande ville ». 

Quels sont vos projets pour cette maison ?

Nous avons déjà fait beaucoup de travaux et même si nous sommes en forme, ce n’est pas à 79 et 78 ans que l’on va se lancer dans de gros travaux ! Comme vous avez pu voir Baptiste, nous avons voulu garder le cachet et l’esprit vieille ferme de la bâtisse. On a conservé les anciennes fenêtres que l’on a retapées ainsi que les volets provençaux traditionnels. Le carrelage en terre cuite serait d’un goût douteux dans une maison plus moderne mais dans notre maison je trouve qu’il se marie bien avec les poutres apparentes du plafond. Le gros travaux a été surtout réalisé au niveau de la plomberie et de l’électricité parce que forcément une maison qui a plus d’un siècle, dans ces domaines, ça a pu comporter quelques problèmes. 

Si vous deviez garder une seule chose dans votre maison ?

Outre le jardin, ça serait la grande salle (50 m2) à manger où nous faisons tous nos repas de famille. La grande table en chêne massif est, je trouve, magnifique ( N.D.L.R : on ne peut pas dire le contraire…). Ça a plus d’allure que les meubles modernes quand même ! On a choisi de l’entourer de chaises plus modernes afin de combiner le côté massif de la table centrale avec les formes plus fluides des chaises.

Anne-Marie et Pierre, propriétaire depuis 40 ans.

Agence de l'Olivier

07 56 97 30 50

18 Avenue Jean Lebas, 13800 Istres

  • Facebook - White Circle
  • Instagram - Cercle blanc
5 stars.png

Mentions légales - Politique de protection des données - contact - barème honoraires

Immo Istres ⓒ 2021